Blog beauté et bien-être

Published by LadyMilonguera

CR Oenotrail du Lunellois 2013, mon 1er trail

Written by LadyMilonguera, 4 années ago, 5 Comments

Tout aussi sensible que moi à l’argument muscat et vin chaud, ma maman s’est finalement inscrite elle aussi à ce à l’Oenotrail du Lunellois. C’est donc toutes les 2 que nous nous rendons à St Christol, ce dimanche 1er décembre. Nous arrivons sur place près d’une heure avant le départ de la course, et découvrons que cette course a attiré bien des participants puisque qu’il s’agisse du 11 km, du 21 km ou de la marche nordique, ce sont près de 750 coureurs qui prendront le départ.

logoaccueilt

Les organisateurs ont plutôt bien prévu les choses puisqu’à 2 minutes à pied de Viavino, le pôle oenotouristique du village où se fait le retrait des dossards et où sera donné le départ des épreuves, un parking a été aménagé, suffisamment grand pour accueillir tous les véhicules. de là, il suffit de suivre le flux pour aller récupérer nos dossard et en même temps, il nous est aussi immédiatement remis une bouteille de muscat à chacune. Nous retournons ainsi chargée à la voiture histoire de nous délester du précieux nectar et finir de nous équiper. Nous laissons là les couches de vêtement inutiles pendant la course, accrochons le dossard e retournons à proximité du pôle oenotouristique.

IMG_1059[1]

Si le soleil est présent, le vent est aussi de la partie, et il est plutôt froid. Nous sommes à 20-25 minutes du départ et entreprenons alors quelques foulées histoire de nous échauffer et aussi de nous réchauffer. A une dizaine de minutes du départ, nous rejoignons Viavino et en profitons pour immortaliser ce petit moment de complicité mère-fille.

IMG_1060[1]

Nous prenons le départ du trail tous ensemble, que nous nous soyons inscrits sur le 11, le 21 ou sur la marche. Les marcheurs ont seulement la consigne de se positionner au fond du peloton pour ne pas gêner les coureurs.

Ainsi regroupés, bien que nous soyons à l’arrêt, nous sommes abrités du vent de sorte que l’attente du départ n’est pas désagréable. Le départ est alors donné, nous sortons de Viavino, courons quelques mètres dans les rues de St Christol puis nous retrouvons vite dans les vignobles et sous-bois alentours.

Tout au long du 1er kilomètre, l’étroitesse de certains chemins nous oblige à marcher quelques mètres, le temps d’absorber le peloton. Il est aussi difficile de doubler et ce pendant les 3 premiers kilomètres. Le trail démarre donc tranquillement, sur un tracé plat et, bien que nous ayons couru toutes les 2 jusque là, je me sens à l’aise, mes jambes me démangent et ma mère, qui a encore le marathon des Alpes-Maritimes dans les jambes, me fait signe de prendre le large.

Le tracé est réellement agréable, à travers chemin de vigne et sous-bois. La visibilité est telle que l’on voit le lacet des coureurs que l’on suit se dessiner devant nous. il est ainsi possible d’anticiper le parcours.

Je cours comme ça pendant 1, 5 kilomètre quand surviennent les premières montées. Pas du tout habituée aux côtes, mon allure en pâti immédiatement bien qu’elles soient loin d’être raides. Le soleil est toujours au rendez-vous et l’effort pour gravir les côtes aidant, je ne perçois plus le vent comme froid et je commence même à avoir chaud. Je décide donc d’enlever mes gants à mi-parcours, c’est suffisant pour rendre la température supportable. J’absorbe les montées les unes après les autres et j’essaie de ne pas marcher mais ma maman, bien plus habituée que moi à ce type d’effort, de tarde pas à me rattraper. Nous courrons ensemble quelques minutes mais la prochaine montée aura raison de moi et il m’est impossible de la suivre. Elle part donc devant mais je la garde en ligne de mire et parviens à la rattraper dans la descente. La montée suivante est une nouvelle épreuve pour moi et, si j’avais réussi à continuer à courir jusque là, je suis maintenant contrainte de marcher dans la montée.

Ma mère prend alors le large et je ne la rattraperai plus en dépit des descentes dans lesquelles je suis particulièrement à l’aise et qui me permettent de rattraper une majorité de celles et ceux qui me doublent dans la montée.

La côte suivante arrive et je recommence à marcher… puis vient la descente et je réaccélère et déroule ma foulée pour essayer de combler un peu le retard pris dans la montée. l’application Nike+ Running m’annonce le passage au 9ème kilomètre – plus qu’un ! – et je passe devant le premier et unique ravitaillement du parcours. Sentant l’arrivée proche, la portion plate me permet d’accélérer encore, espérant que toutes les montées soient derrière moi… mais non !!!

En voilà encore une et avec l’accélération que je viens de réaliser, marcher s’impose encore plus que pour les 2 montées précédentes. J’accuse le coup, roumègue un peu contre cette nouvelle épreuve et, une nouvelle fois, je compte sur la descente pour améliorer mon allure. Et c’est là qui survint le drame !!!

Alors que la descente se faisait sur un chemin de terre de bonne qualité, juste au bas, le tracé amorce alors un virage à angle droit sur la droite pour emprunter un chemin de sous-bois et bien sûr, pile dans le virage, se trouvent un carré de 2 m sur 2 de caillasse. Etant à un peu plus de 10 km selon l’appli de mon I-phone, la prudence m’enjoint de lever les pieds mais c’est sans compter la caillasse qui roule sous l’un de mes appuis et se dérobe. Je m’étale alors en beauté aux pieds du bénévole posté là pour signaler le virage.

Immédiatement, je sens qu’il m’est impossible de prendre appui sur mon bras droit pour me remettre debout et c’est un coureur qui m’aide à me relever. La paume de ma main droite n’a pas été épargnée par les caillasses et les égratignures/plaies saignent mais qu’à cela ne tienne, je reprends ma course, encouragée par par le coureur qui m’a aidé à me remettre sur pieds. Je replie alors mon droit droit contre mon buste histoire de limiter les secousses pendant la course. Nous amorçons alors la montée dans le sous-bois, encore une, mais après ma chute, le coureur, prévenant à mon égard, a adopté un rythme plutôt calme. Une dizaine de mètre devant nous, une autre coureuse tombe, s’étant pris les pieds dans une racine, mais ce sera sans conséquence pour elle. Je courrai ainsi avec le coureur jusqu’à l’arrivée dans St Christol et les 100 derniers mètres. Une fois là, lui s’est trouvé dans l’impossibilité de garder le rythme dans la toute dernière montée bien raide, comme on peut en trouver dans les vieux villages. Je lui fausse donc compagnie, la proximité immédiate de la ligne d’arrivée me procurant l’énergie nécessaire pour aborder cette dernière difficulté en courant.

Là, plus de montée, juste une ligne droite menant à l’arrivée. Je croise ma mère, ayant terminé la course 3 minutes plus tôt et remontant le flot des coureurs pour me trouver. Je passe la ligne en 1 h13‘38” pour un parcours mesurant finalement 11 km et non 10 comme il était annoncé au moment de l’inscription.

Je récupère mon t-shirt de finisher, verse un peu d’eau sur ma main histoire de nettoyer les plaies. J’avale une ou deux bananes et en profite pour boire mon verre de vin chaud ; je suis blessée, mais je ne suis pas mourante Clignement d'œil !

En me refroidissant, le bras commence à me lancer. Heureusement que ma maman est là car si j’avais du courir la course seule, il m’aurait été impossible de conduire pour faire le trajet retour.

Au regard de mes allures, et du fait que j’ai quand même marché de longues minutes, les allures tenues au fil des kilomètres m’apportent toute satisfaction !

Allures

 Résultat des courses :

– 11 km parcourus en 1h 13’ 38” pour moi et 1h 10’ 26” pour ma maman

– une entorse du poignet droit

– une entorse du coude droit

– de magnifiques bleus sur le côté de la cuisse et de la fesse gauche

– de belles égratignures au coude gauche

IMG_1066[1]

Finaux

Copyright © 2013 “Futile parenthèse” by LadyMilonguera

About LadyMilonguera

    • LadyMilonguera15 décembre 2013, 8 h 16 min

      C’est le moins qu’on puisse dire ! Merci de ta visite et bon dimanche. Bises

      Reply
  1. […] Tout aussi sensible que moi à l’argument muscat et vin chaud, ma maman s’est finalement inscrite elle aussi à ce à l’Oenotrail du Lunellois. C’est donc toutes les 2 que nous nous rendons à St Christol, ce dimanche 1er décembre. Nous arrivons Continuer la lecture […] […]

CommentLuv badge